Please use this identifier to cite or link to this item: https://scholarhub.balamand.edu.lb/handle/uob/776
Title: La qualité : contextualisation et appropriation
Authors: Nahas, Georges N.
Moubayed, Walid 
Affiliations: Department of Education 
Department of Civil and Environmental Engineering 
Issue Date: 2014
Part of: Colloque Qualité G3
Start page: 1
End page: 3
Conference: Colloque Qualité G3 (16-18 octobre 2014 : Bruxelles.) 
Abstract: 
La Lumière est surtout considérée comme étant un phénomène physique puisque les scientifiques semblent en avoir étudié tous les constituants aussi bien au niveau des particules qui la forment qu'au niveau du mouvement de ces dernières. Mais la Lumière n'est pas perçue uniquement comme telle par l'homme. Ainsi quand on dit que "telle chose a été lue à la lumière de..." ou que "telle idée a éclairé telle autre", il n'est évidemment pas question de la lumière en tant que phénomène physique. La Lumière est devenue synonyme de tout ce qui peut révéler quelque chose car il ny a pas de vision sans lumière; ainsi vision et lumière sont devenues des termes génériques qui permettent de se rendre compte de l'existence des choses, de leur spécificité et de leur potentialité à être disponibles aux autres. Réciproquement, se découvrir ou se mettre à nu, est un autre aspect de la visibilité que permet la lumière puisque il s'agit là de la disponibilité de la personne à s'exposer aux regards des autres. Enfin il y a la dimension interne qui permet à la personne de se connaître grâce à un « éclairage » interne. Ainsi la Lumière semble être pluridimensionnelle quand il s'agit de sa conception par l'homme et c'est ce concept, qui na rien à voir avec les sciences physiques, que j'aimerais partager avec vous. En effet, j'aimerais m'arrêter sur cet aspect relationnel avec soi-même et avec les autres que permet le thème de la Lumière. Je partirai tout de même d'un exemple pris au vocabulaire quotidien et au monde des objets. Quand nous disons que la vitre est transparente, cela implique, sans que nous y pensions, que dune part la lumière existe car dans l'obscurité nous ne pouvons pas nous rendre compte de la transparence des choses, et que d'autre part la vitre se laisse traverser par la lumière. C'est pourquoi je ne m'arrêterai, relativement au sujet qui nous concerne, que sur la dimension humaine: l'existence dans la lumière, la visibilité due à la lumière, et la netteté de cette .
URI: https://scholarhub.balamand.edu.lb/handle/uob/776
Open URL: Link to full text
Type: Conference Paper
Appears in Collections:Department of Education

Show full item record

Google ScholarTM

Check


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.