Please use this identifier to cite or link to this item: https://scholarhub.balamand.edu.lb/handle/uob/708
DC FieldValueLanguage
dc.contributor.authorNahas, Georges N.en_US
dc.date.accessioned2020-12-23T08:35:23Z-
dc.date.available2020-12-23T08:35:23Z-
dc.date.issued2005-
dc.identifier.urihttps://scholarhub.balamand.edu.lb/handle/uob/708-
dc.description.abstractL'histoire de l'enseignement a connu à travers les temps plusieurs changements plus ou moins profonds, et ces changements se sont répercutés de façon ou dune autre sur l'avancement et la productivité de la formation universitaire. Dune part ce fut la mise en valeur de l'approche cognitive et d'autre part ce fut l'émergence grâce aux nouveaux outils informatiques et à l'évolution foudroyante de la science d'un environnement technologique inattendu. D'où une question centrale d'importance : Quelles sont les politiques éducatives à adopter au niveau de la formation universitaire et particulièrement au niveau des formations scientifiques ? Les nouvelles technologies se basent sur certains concepts de base qui peuvent sembler contradictoires alors qu'ils ne sont que complémentaires. Il s'agit de : a. L'élargissement des frontières. Avec les nouvelles technologies, il semble que personne na plus le droit de dire que quelque chose lui est « étranger ». b. La concentration des informations. Par une succession de technologies diverses, la concentration de infiniment grand se met au niveau de infiniment petit et infiniment petit se retrouve dans les dimensions de infiniment grand… tous deux sur un même écran. c. La personnalisation des traitements. Pour les nouvelles technologies la personne humaine est importante autant quelle peut traiter ses informations en groupe, en communicant avec d'autres personnes afin que cet élargissement profite à tous. C'est à partir de cette vision globale que nous pouvons reconnaître les principaux aspects opératoires de ces nouvelles technologies et que j'ai classés en trois catégories: a. La simulation et il faut entendre par simulation non seulement son sens strict mais plutôt le sens large qui place sous ce titre tout ce que les nouvelles technologies ont permis de mettre à une échelle réduite. b. La miniaturisation – robotisation, c'est-à-dire tout ce qui a permis de voir ou d'agir ou de traiter des infinie.en_US
dc.format.extent8 p.en_US
dc.language.isofreen_US
dc.subjectFormation universitaireen_US
dc.subject.lcshEnseignementen_US
dc.subject.lcshTechnologieen_US
dc.titleLes nouvelles technologies dans l'enseignement supérieur: changement ou adaptationen_US
dc.typeConference Paperen_US
dc.relation.conferenceLEnseignement des Sciences dans les Universités : Etat actuel et futurs défis (2005 : Unesco, Beyrouth – Liban.)en_US
dc.contributor.affiliationDepartment of Educationen_US
dc.description.startpage131en_US
dc.description.endpage138en_US
dc.date.catalogued2018-04-18-
dc.description.statusPublisheden_US
dc.identifier.OlibID179633-
dc.identifier.openURLhttp://www.georgesnahas.com/articles/publications/articles/62-%20nouvelles%20technologies.pdfen_US
dc.relation.ispartoftextLEnseignement des Sciences dans les Universités : Etat actuel et futurs défis.en_US
dc.provenance.recordsourceOliben_US
Appears in Collections:Department of Education
Show simple item record

Record view(s)

5
checked on Jan 28, 2022

Google ScholarTM

Check


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.